archivo

Archivos Mensuales: febrero 2016

« Le coupant insensé des regards qui transit tient au fait que les yeux de ces deux corps en proie à leur désir sont faits du même bleu. Un bleu métallique, à la fois transparent et insondable. Son intensité s’accroît à proportion des traits distinctifs propres aux deux visages : Montgomery Clift, le visage recomposé après son accident, au regard frappé d’une sorte de folie illocalisable. Lee Remick, les yeux trop enfoncés sous ses arcades sourcilières, qui donnent à son beau visage un air de masque, comme si toujours elle pensait ou éprouvait trop au-dedans d’elle-même.

» Cette émotion qui peut sembler une émotion de scénario et tenir à l’histoire contée est aussi, avant tout, ou après tout, une pure émotion de forme, de force, d’intensité qui surgit, passant directement du corps du film au corps du spectateur qui en reste étourdi et en conservera la marque, au fer bleu d’une expérience. »

Raymond Bellour on Elia Kazan’s Wild River (1960), in Cahiers du Cinéma, 700, May 2014, p. 64

[English version below]

Contra toda apariencia, Together (甜・祕密, 2012) de Hsu Chao-jen (許肇任) es una película digna de atención. Cuando fui a verla anteayer en París, en una muestra de cine taiwanés contemporáneo, me esperaba una de esas películas que a menudo caen en la espantosa categoría de “feel good movie”. Dirigida además por un realizador de series de televisión, me imaginaba lo peor…

Read More