A Touch of Zen (1969-1971, King Hu)

Revoir A Touch of Zen (俠女, 1969-1971) en grand écran m’a permis de redécouvrir le travail soigneux du temps dans le cinéma de King Hu . Pendant les cinq premières minutes du film, nous ne voyons qu’une série de plans “descriptifs”, avec de l’eau, des oiseaux, des ciels et des ruines. Articulée selon une puissante logique interne, cette construction ne disparaît pas avec l’irruption des personnages humains. L’action dramatique elle-même semble se soumettre à cette attitude contemplative, et la “lenteur” avec laquelle se développe l’intrigue ne fait que confirmer ça. Curieusement, ce sont les séquences d’arts martiaux qui élaborent le mieux ce temps ascétique et suspendu. Souvent présentés sans musique (les percussions tirées de l’opéra de Pékin les précédent ou les suivent, mais ne s’y superposent pas), les combats se produisent au rythme du son sec des pas et du contact des métaux. King Hu n’était pas seulement un savant en matière de culture chinoise ; ses films démontrent aussi une connaissance approfondie des possibilités du cinéma.

En salles depuis le 29 juillet 2015

Anuncios

Los comentarios están cerrados.