À la folie (Wang Bing, 2013)

Le dernier film de Wang Bing, À la folie (疯爱, 2013), invite à se poser beaucoup de questions. On veut comprendre pourquoi les personnages sont enfermés dans cet asile, alors que leurs “cas” sont tellement différents les uns des autres, comme la caméra de Wang Bing le dit sans cesse, de même qu’elle rappelle que, malgré tout, ils vivent ensemble. Mais on s’interroge aussi sur la distance qui sépare le film de ce qu’il filme: Wang Bing se renferme avec ces exclus, il parcourt les mêmes couloirs et dort sur les mêmes lits. Il ne donne pas de contrechamp (ce qui introduirait une instance extérieure), et même lorsqu’il suit un patient lors d’une permission, celui-ci semble avoir « ramené avec lui tout l’hôpital à l’extérieur » (Wang Bing, Alors la Chine, Entretien avec E. Burdeau et E. Renzi, Les Pairies ordinaires, 2014, p. 163). Une intimité froide caractérise le rapport du cinéma de Wang Bing à ses personnages. Il reste au plus près d’eux, sans toutefois empêcher de les voir de loin.

En salles le 11 mars 2015

Anuncios

Los comentarios están cerrados.