« Mon plan préféré ce serait un mur, deux personnes devant le mur, la lumière et l’ombre. On enlève une personne : il reste une personne, le mur, la lumière et l’ombre. On enlève la deuxième personne : il reste le mur, la lumière et l’ombre. On enlève le mur : il reste la lumière et l’ombre. On enlève la lumière : il reste l’ombre. C’est ça, le cinéma. »

Aki Kaurismäki, « Leçon de cinéma », 20 January 2002, in Angers, quoted by Jacques Aumont in Le montreur d’ombre, Vrin, 2012 (102-103), quoted in turn by Pawel Moscicki in « L’union du quelconque. À propos de Calamari Union d’Aki Kaurismäki », in Trafic 87, autumn 2013

Anuncios

Los comentarios están cerrados.