Tuer un homme (Alejandro Fernández Almendras, 2014)

Tuer un homme (Matar a un hombre, 2014) n’est pas très loin du précédent film du réalisateur, Près du feu (Sentados frente al fuego, 2011), du moins en ce qui concerne certaines décisions de la mise en scène. La distance que celle-ci impose, malgré une musique parfois trop présente, réussit à désubjectiviser une narration qui elle-même porte sur une situation de violence psychologique. Le résultat est remarquable : on reconnaît un schème générique très typique – une famille moyenne menacée par des éléments marginaux de la société – et, pourtant, rien dans le film ne permet d’établir avec netteté la frontière entre l’intérieur et l’extérieur ou entre la protection et la menace. L’indifférence avec laquelle ces éléments antagoniques coexistent à l’intérieur du cadre ne se brise presque jamais, sauf peut-être au moment du dernier plan, lorsque s’annonce, sans finalement se produire, le seul contrechamp du film.

En salles depuis le 1er octobre 2014

Anuncios

Los comentarios están cerrados.