Mange tes morts (Jean-Charles Hue, 2014)

Mange tes morts - Tu ne diras point

Mange tes morts – Tu ne diras point (2014) – cette expression est apparemment un insulte chez les Yéniches, mais elle reste difficile à traduire, comme un grand nombre de choses dans ce très bon film. (J’ai eu la chance ou la mauvaise chance de le voir sous-titré en anglais – j’ignore si cette traduction supplémentaire m’a aidé à mieux comprendre ou si elle m’a confondu davantage) A un moment donné, on découvre, dans le coffre d’une voiture, une boîte d’œils artificiels. C’est un détail inattendu. De la même façon, le film met en place toute sorte de dislocations : celles des genres cinématographiques, des routes, des espaces vécus, des souvenirs ou des rapports au sein de la famille Dorkel. L’apparence linéaire du récit, qui se déploie le temps d’un jour et d’une nuit, ne fait que souligner le fait qu’on tourne en rond et que, pourtant, on ne revient jamais au même endroit.

Sortie le 17 septembre 2014

Anuncios

Los comentarios están cerrados.