Charulata (1964), de Satyajit Ray

Satyajit Ray aurait désigné Charulata (1964) comme le meilleur parmi ses propres films. Il s’agit en effet d’une œuvre d’une grande richesse, notamment dans ses détails, par exemple le son off, grâce auquel se construit l’intérieur de la maison. La délimitation de l’espace et une certaine occidentalisation des personnages rendent peut-être l’atmosphère reconnaissable. Et toutefois, dans ce film, tout est en dehors de toute attente, comme le démontre la très belle scène de la balançoire (regardez les deux plans de ses pieds et la façon dont ils conduisent à un changement de perspective !). Et que dire de la forme poétique du zoom ? De l’intensité des conflits (politiques, sentimentaux et littéraires) de ce nid brisé ?

Au Champo depuis le 9 avril 2014.

Anuncios

Los comentarios están cerrados.

A %d blogueros les gusta esto: