Mille soleils (2013), de Mati Diop

La courte durée de Mille Soleils (2013) ne fait pas de lui un film petit. C’est comme si son temps était celui d’un écho qui ferait revenir, mêlés d’un son de notre monde, la mémoire du cinéaste honoré (Djibril Diop Mambéty, mort en 1998 et auteur du fabuleux Touki Bouki, 1973, dont les personnages, les lieux et les motifs réapparaissent ici), les espoirs déçus d’une génération déjà vieillie et l’actualité d’une image filmée il y a longtemps. La durée du film répond à sa justesse, mais ce n’est pas un travail aux formes fermées. D’où l’insistance du regret (“Il fallait partir, il le fallait”) ou le retard de la décision (“un de ces jours… tous les malheurs arrivent un de ces jours…”).

Sortie le 2 avril 2014

Anuncios

Los comentarios están cerrados.

A %d blogueros les gusta esto: